Non classé

Road trip : Boston

Continuant avec la même méthode utilisée lors de notre vrai road trip de l’été dernier, voici la ville de Boston.

Impression initiale : Je ne connaissais pas Boston outre-mesure. Iphigénie m’a parlé d’une belle ville à découvrir et une personne qui a été guide touristique là bas m’a parlé de son côté labyrinthique. Étonnamment, ce que j’anticipais le plus de Boston c’était son méga-projet de Big Dig, le tunnel passant sous la ville servant à enrayer la congestion accrue et constante de la ville et dont les coûts finaux ont été de 15 milliards et avoisineront 22 milliards avec les intérets. C’est en soit une saga à lire; un plan gigantesque agrémenté de fraude, de négligence et de dépassement exponentiel des coûts. Drôle d’intéret touristique mais c’est parfaitement mon genre.

Déroulement : Malgré un faux départ jeudi le 1er juillet à cause d’un Passeport perdu de notre Guillaume national, on réussit à quitter Montréal le lendemain sans anicroche mais avec un voyageur en moins. En entrant dans la ville de Boston, on tombe forcément dans le fameux Big Dig, une sorte de tunnel Ville-Marie plus long, plus gris et définitivement plus compliqué avec quelques passages qui ont l’air carrément vieux. Nous commencons rapidement avec la Freedom Trail.

Sans entrer dans les détails, c’est une bonne marche guidée par une ligne de briques rouges nous faisant passer par l’histoire de Boston.

Le trajet commence dans un parc (Boston Commons) et nous enfonce dans le centre-ville pour ensuite nous ramener dans un quartier historique plus résidentiel. Le parcours se termine en passant un pont pour aller sur Bunker Hill et voir le USS Constitution, un navire avec beaucoup d’histoire.

Plusieurs cimetières figurent au parcours du Freedom Trail et mes endroits favoris furent les environs du marché (Faneuil Hall) et le USS Constitution qu’on a eu la chance de voir naviguer le 4 juillet pour le jour de l’indépendance.

À 5 minutes d’intervalle il y a la possibilité de visiter un navire beaucoup plus moderne.

Après le Freedom Trail, on déambule dans un quartier résidentiel pour tomber par hasard sur le Warren Tavern, la plus vieille taverne du Massachusetts en plus d’avoir été fréquentée par Paul Revere, Benjamin Franklin et George Washington. C’est drôle d’imaginer ces types là saouls en train de courtiser une dame qui ne veut rien savoir d’eux.

De retour en ville, on se dirige vers le micro-brasseur Boston Beer Works pour souper et déguster leurs créations. En sortant de la station de métro c’est l’univers entier qui nous tombe dessus car la partie des Red Sox vient de se terminer au Fenway Park. Les rues sont décorées de milliers de fans qui venaient probablement de gagner. On se faufile et on se déniche des places pour accomplir notre plan gustatif.

Je suis une pub vivante

La bière au melon était bien bonne mais les vraies stars étaient évidemment les bières plus corsées.

Ce vendredi intense se termine alors que nous cherchons un nightclub qui n’existe plus (Avalon) au mauvais endroit de la ville et nous prenons un taxi qui nous ramène à côté du Fenway Park à deux pas d’où nous étions pour commencer notre recherche pour enfin découvrir à quelque part le nightlife de Boston. Mission accomplie avec 3 clubs communiquant formant un méga-club.

Samedi : À un rythme effrénée nous regardons l’arrivée par bateau des Redcoats en visitant les quais de Boston.

Nous voyons un groupe ado-emo-rock devant le très laid hotel de ville.

Nous visitons quelques quartiers comme Chinatown, Bay, Theatre District.

Nous atteignons la brasserie Samuel Adams pour se faire gâter gratuitement. Nous allons à l’observatoire du Prudential Center pour le coucher du soleil.


Nous soupons au Rock Bottom Brewery.

Nous finissons dans un club de poupounes, le Liquor Store, qui contient une bonne dose de gens pompettes et un taureau mécanique… Un seul coup d’oeil sur le site témoigne de l’ambiance.

Pendant le close.

Dimanche, jour de l’indépendance : Nous prenons un bateau pour aller au musée du USS Constitution et par hasard le USS Constitution fait sa traversée annuelle de la baie en plus de tirer du canon. Nous croisons le navire deux fois.

Nous faisons la Black Heritage Trail, un petit arrêt au Bukowski Tavern pour ensuite se lancer dans la folie du jour de l’indépendance.




Show, feux d’artifices et une tonne de monde. Vidéos du feu d’artifice sur Youtube seulement à titre de référence parce qu’il faut être un peu weirdo pour aimer regarder des feux d’artifices sur Youtube.

Lundi : Une dernière journée avec ce qu’il y a de plus calme : Harvard & MIT. Nous nous laissons guider par le Hahvahd Tour qui vaut vraiment la peine surtout pour les histoires de rivalité entre la ville de Cambridge et Harvard et les blagues sur l’atroce pavillon des sciences.

Continuant notre tournée de microbrasseries, nous parvenons à faire la John Harvard Brew House et la Cambrige Brewing Co. qui est plus près du MIT. Comme diner/souper, nous nous lançons au Chowderfest qui proposait de goûter au chowder de plusieurs restos et pubs des environs afin de décerner le prix du meilleur chowder aux fruits de mer. Inutile de dire que l’exercice de dégustation s’est transformé en endurance pour nos estomacs déjà meurtris.

Truc le plus spécial : Se faire payer la traite chez Samuel Adams à coup de pichets gratuits, se faire transporter dans une navette de party gratuite pour prendre plus de bière, acheter la pinte de bière parfaite et manger les meilleures rondelles d’onion au monde chez Doyles. Le vidéo va sûrement mieux communiquer l’étrangeté du Party Trolley.

Truc le plus impressionnant : L’énergie autour du Fenway Park avec des milliers de personnes qui vont regarder le baseball et, surtout, qui en sortent simultanément avec l’envie de faire le party. C’est toujours pas aussi fou que nos célébrations instantanées pour les Canadiens de Montréal mais la surprise de sortir du métro au moment exact de la fin de la partie nous a transporté dans une autre dimension.

Truc le plus poche : Tu veux stationner ton char pour la nuit? 20-40$ Tu veux un drink dans un bar? 10$ Un hotel? Rien en bas de 120$ la nuit. Même si je sais qu’il y a toujours moyen de dénicher des aubaines, force est de constater que le coût de la vie est plus élevé à Boston car la ville est très concentrée. Le stationnement est un parfait exemple d’offre et de demande qui gonfle les prix. Près de Harvard c’est encore pire.

Truc le plus étrange : Aller manger du chowder à Chowderfest et s’improviser connaisseur pour voter. Les festivités du jour de l’indépendance sont beaucoup plus clean que les festivités de la St-Jean (lire : ça ne m’a pas apparu comme une saoulerie galactique). Très familial. C’était étrange de visiter Harvard… l’endroit est en fin de compte très terre-à-terre. C’est le genre de place plus grande que nature en imagination mais qu’au réel c’est juste une université et son campus… La ligne verte du métro est aussi bien étrange.

Truc le plus familier : Regarder un feu d’artifice. C’est pas comme si on en avait pas tous les samedis à Montréal.

Mésaventure comique : L’alarme de feu de l’hôtel qui se déclenche le matin c’est typique mais toujours champion. Aller faire l’attraction Tomb avec une dame qui voulait être notre amie.

Impression finale : Une belle ville à visiter qui est plus clean qu’éclatée.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *