Poutiner c’est la patente de mon année

Iphy, ma blonde, a toujours voulu voyager et travailler ailleurs. Le lieu n’était pas super important, c’était surtout l’action découvrir autre chose et pas simplement pour 2 semaines. J’étais très heureux à Ubisoft en 2012-2013 mais malgré tout j’ai finalement accepté la proposition de Iphy de se lancer à l’aventure. En plus de laisser ma trace dans le jeu Watch_Dogs et de travailler sur la promo de plusieurs autres jeux, j’étais directeur des soirées mensuelles à Kino et donc pour moi le voyage se devait d’avoir un volet professionnel. Oui, partir en voyage longtemps c’est un rêve valide en soit pour beaucoup de gens mais j’avais besoin d’un projet en route pour me garder occupé au niveau des arts et vidéo, pas simplement devenir backpacker jusqu’à ce qu’on aille plus un sou. C’est là qu’à bourgeonné la série Poutiner; j’allais faire des poutines sur le chemin avec des ingrédients locaux et, même si je ne savais pas si ça allait fonctionner ou si c’était pour être présentable, ça me suffisait comme concept.

Fast-forward en 2014 et notre périple nous immobilise en Australie pour 1 an (working-holiday visa). C’est le temps de trouver des vrais emplois, logement et tout le reste. À ce moment là je suis assis sur 20 épisodes de Poutiner et 3 courts-métrages tournés en chemin mais j’ai bien d’autres priorités. Une ressemblance de vie normale reprend mais l’Australie n’attend que d’être visitée pendant des moments de liberté à travers notre travail à temps plein.

Fast-forward en 2015: nos employeurs nous aiment et nous nous faisons commanditer pour des visas de travail de 4 ans. L’aventure continue. J’ai aucun temps à l’horizon pour m’occuper de Poutiner mais en juillet je réussis à créer l’ouverture avec une friteuse en spécial chez Aldi. J’ai des nouveaux projets qui s’ajoutent dans la pile et Poutiner se fait pousser vers le bas de la pile. En 2016 lors d’un voyage à Sydney on réussit à tourner un nouvel épisode Australien.

Fast-forward en 2020: Poutiner attend encore patiemment. Ça n’a jamais été abandonné et je sais que je suis assis sur du bon matériel mais la vie s’est mise dans le chemin et je savais aussi l’effort colossal requis pour faire le montage des 21 épisodes. J’attendais le bon moment pour commencer et espérer terminer sans interruptions. Le « bon » moment est arrivé sous la forme de Covid. Grosse merde partout au monde, grosse interruption de toutes mes activités sociales et voyages… mais une opportunité de travailler sur mes vieux dossiers en isolation. Quand la vie vous donne des patates, faites de la poutine. OU Quand t’es né pour une ptite patate…

Poutiner.com

Disponible bientôt et j’aurai plus à raconter ici.

Melbourne – Montréal

Alors que je vois que Montréal va passer en zone rouge et que beaucoup de commerces devront interrompre leurs opérations je vous offre une comparaison.
Melbourne: 4.9M de personnes sur 9,992 km²
Montréal (région métro.): 4M de personnes sur 4,258 km²

Ça fait depuis le 8 juillet (moy. 75 nouv. cas/jour) que:
– Les restos font du takeaway seulement
– Shopping essentiel seulement

Ça fait depuis le 2 août (moy. 408 nouv. cas/jour) que:
– 1 sortie par jour pour exercice, 1h max
– Pas le droit d’aller plus que 5km de la maison
– Commerce au détail fermé; juste les épiceries, pharmacies. Une visite à l’épicerie par personne, par maison, par jour.
– Couvre feu de 8pm à 5am

Avec ces mesures nous sommes passés de 725 nouveaux cas par jour à 5 nouveaux cas aujourd’hui mais c’est hardcore et on a encore au moins 1 mois de grosses restrictions (couvre-feu enlevé, mais toujours une limite de 5km, 2h à l’extérieur, toujours pas de visite à la maison sauf personnes seules avec visiteur nominé). Dans le fond on s’enligne pour une année 2020 avec 8 mois de grosses restrictions dont 6 mois d’isolation complète à la maison. La grosse différence entre Melbourne et Montréal est que Melbourne est entourée d’états qui n’ont presque pas ou aucun cas de covid. Notre standard est tellement haut que la stratégie s’apparente plus à une stratégie d’élimination que de simplement éviter la surcharge du système de santé.

Simulation de succès

Naataplawuqatsi; La vie en simulation, le petit film qui fait son bonhomme de chemin. Comme c’est un court métrage très spécifique dans ses thèmes je ne l’envoie qu’aux festivals qui ont un focus sur le Machinima et les jeux vidéos. Je l’ai envoyé à deux festivals et les deux l’ont pris. Ça me fait une meilleure moyenne que mes autres films. En mars dernier Milan Machinima Festival l’a sélectionné et leur bande annonce des invités donne l’impression que j’ai mon TED talk / que je suis un keynote speaker ou quelque chose dans le genre.

J’ai même ma bio en Italien ici: https://milanmachinimafestival.org/olivier-bonenfant. Les autres artistes sont badass et le festival a, pour moi, la tangente « art contemporain » plus que juste être à propos des jeux vidéos. Parmi les 25 artistes il y avait des profs d’université, des détenteurs de Masters in Fine Arts, un gars a écrit un livre qui s’appelle « Dominant Wave Theory » et l’autre était un invité sur un panel au Melbourne Int. Film Festival. Dans d’autres profils vous pouvez trouvez des expressions comme « cultural anthropologist » et des gens qui ont exposé à n’importe quel musée d’art contemporain de renommée mondial. Pendant ce temps là moi chu genre « heille, je joue à Cities: Skyline et je mange de la poutine ». YEAH.

Alterburg Filmfest ici.

Mais comme on sait, l’Italie s’est fait frapper rapidement par Covid donc le festival, et plus largement tout Milano Digital Week, ont été reportés au 20 au 25 Mai en version en-ligne seulement. C’était vraiment cool en fait de pouvoir assister en lockdown de Melbourne.

Fast forward jusqu’en Septembre 2020 et le film vient d’être sélectionné à Altenburg FilmFest en Allemagne et ça va être mon premier court métrage à être présenté devant public depuis le début de covid. Ils ont un écran gonflable et ce sera un festival ciné-parc! Bravo a eux alors que nous sommes pris dans un éternel lockdown Phase 4 ici à Melbourne.

Continue reading

Le meilleur du lockdown, et des Kabarets

Les haikus sont la compilation de tous les très courts métrages de 17 secondes qu’on a fait dans nos Filmonik Melbourne Kabaret et Kino Sydney Kabaret depuis 2017. J’ai passé de bonnes soirées à soigneusement ré-emballer ça dans une compilation. Je ne peux pas dire que tous les haikus était dans un bon état ou prêt à être utilisés donc ça a été du gros travail mais ça vaut tellement la peine pour un délire du genre. Pour moi, c’est ça l’esprit des Kino Kabarets (oui, oui, on a toujours besoin de films épiques et lèchés mais les niaiseries sont essentielles). Bande annonce des haikus sur Filmonik.

Kubicles ça c’est un délire de lockdown. Nos soirées mensuelles sont évidemment devenues des shows en live stream et durant mars et avril certains de nos réalisateurs ont été inspirés et ont fait des films en isolation mais dès le mois de mai ça s’est vraiment essoufflé et moins de courts métrages était produits et soumis. C’était simplement que notre communauté avait besoin de produire du nouveau ensemble, pas simplement de se retaper des vieux films en live stream ou essayer de trouver inspiration en lockdown après 5 mois. On a donc lancé Kubicles, mon concept mettant en vedette des habitants de milliers de pièces cubiques sans fenêtres et sans portes. Chaque réalisateur devait raconter une histoire de 30 à 60 secondes se passant dans un seul cube et terminer en parlant à un voisin de cube à travers le mur. Ce voisin, le réalisateur suivant, devait alors continuer l’histoire sans pouvoir reparler au personnage du cube précédent. Bref, un réal lance un commentaire à travers le mur, le réal suivant l’écoute, réagit, et se lance dans ses propres péripéties et histoire.

9 exemples de ce que se faisait remettre les réalisateurs pour débuter leur segment; une réplique qui vient d’un mur, du plafond ou du plancher et l’orientation qu’ils doivent prendre pour continuer le film.

J’ai adoré le résultat. C’est abstrait et drôle juste comme il faut et chacun y apporte quelque chose de spécial mais surtout ça nous a tenu occupé et réunis virtuellement. On remarque aussi des thèmes émergents complètement par hasard comme jouer à Solitaire et les chiens. Vidéos embed après le saut.

Continue reading

À Radio-Canada pour parler de Melbourne

ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/y-a-pas-deux-matins-pareils/segments/entrevue/193852/covid-19-reconfinement-melbourne-olivier-bonenfant

Alors que l’Ontario en est à la troisième étape du déconfinement, d’autres endroits dans le monde vivent un deuxième confinement. C’est le cas de Melbourne en Australie où la population est placée sous couvre-feu. Olivier Bonenfant, résident de Melbourne, explique en quoi ce confinement est différent de celui vécu il y a quelques mois.

C’était supposé être un entrevue de 10 minutes et on a fait presque 17 minutes donc soit j’étais assez intéressant, ou soit j’ai dérapé sans arrêt, haha. Dans les deux cas je n’aurai pas le courage de réécouter l’entrevue.

Tentatives de projections début 2020

Pendant un moment j’avais près de 7 projections en festival de planifiées dans la première moitié de l’année 2020. Et soudainement COVID est arrivé. Rien de majeur, mais comme mon recap de projections de 2019 j’avais envie de collecter quelques posts Facebook ici.

  • « Air rage« , « Subscription-based » et « Wild as » ont joué au festival Esoteric (<— vidéo de fou) dans leur Moonlight bush cinema le 6 mars à 2h du matin. J’y étais en personne sans me douter que ce serait mon dernier évènement culturel musical avant longtemps. On a même été chanceux de ne pas avoir été interrompus mi-festival. Il n’y a pas eu de cas covid issus de Esoteric.
  • « Naataplawuqatsi » au Milan Machinima Festival à IULM le 13 mars, finalement repoussé en mai dans une mouture online-only. J’ai fait un post juste sur ça.
  • « Subscription-based » au Melbourne Indie Film Fest 2020 le 16 mars. Ça a eu lieu mais le lockdown est entré en vigueur que quelques jours plus tard.

Rage au manche

Air rage c’est mon film de Kabaret le plus comique des dernières années avec une bonne dose de rage au manche à balai au lieu de rage au volant. Fait en 72 heures dans le Kabaret de Kino Sydney en 2018. J’ai eu un peu de succès avec dans les festivals dans les environs comme:

  • Kino Red Dot, Singapore. March 7, 2018. Asian Premiere.
  • Setting Sun Short Film Festival, Melbourne, Australia. April 27, 2018. Australian Premiere.
  • Filmonik Melbourne, Melbourne, Australia, January 23, 2018. Sneak preview.
  • Sydney Indie Film Festival, Sydney, Australia. October 27, 2018. Official Selection.
  • Kino Sydney #131, Sydney, Australia. September 25, 2018.
  • West Side Shorts, Williamstown, Australia. August 19, 2018.
  • Coal Coast Film Festival, Thirroul, Australia, March 9, 2019.
  • Dunedin International Film Festival, Dunedin, United States. January 13, 2020. Official Selection.

J’ai été inspiré par le Airbnb dégeulasse qu’on a loué en groupe dans Saint Peters et qui était directement en dessous d’un corridor aérien de l’aéroport de Sydney. J’ai filmé le film un peu à la dernière minute en passant proche d’abandonner; ma manière typique de procéder durant les Kino Kabarets on dirait. Du gros n’importe quoi qui a profité de quelques projections en festival.

Film ici en gros Québécois: https://vimeo.com/388985048

Continue reading

Iphy et moi dans un film

Epitome of idiosyncrasy c’est un petit documenteur créé pendant le Kabaret 2019 et Lizzie avait besoin d’un couple plus âgé pour jouer ses parents. C’est ça notre casting maintenant. Pendant le Kabaret j’ai finalement accepté de faire le montage aussi juste avant la projection. Ça a été bien reçu pendant le Kabaret, et ça rejoue le 14 janvier à West Side Shorts et le 23 Janvier à Studio 66 Film Nights. Personne qui lit ça en Français ici va assister aux projos live à Melbourne donc voilà le film:
https://vimeo.com/373114202

Continue reading

Résumé de projections de courts en 2019

Ce post est une archive perso de 9 mois de festivals, jusqu’en Septembre. J’ai fait 100 posts différents sur Facebook avec tout ça mais j’ai besoin de faire le bilan et mon blog va faire la job.

Janvier:
Closing Sale (ou Vente de fermeture pour la v.f.) a joué à Kino Sydney à Sun Studios.
– Whidbey Island Film Festival avait sélectionné et donné le prix de « Festival Favourite » à Dame in Rouge. Projection le 12 Janvier.
Subscription-based (Sur abonnement en v.f.) mon bel ovni futuriste de 3 minutes à Filmonik Melbourne le 22 Janvier. Première mondiale parce que c’est un film de Kabaret Melbourne 2018 mais j’avais fait le montage du film de quelqu’un d’autre au lieu de m’occuper de mon propre film.

Février:
Life.boot() (ou Vie.lancer() en v.f.) un film de sci-fi tourné au Kabaret de Melbourne en 2017 avec Murray Enders et Felipe Balbino jouait à West Side Shorts dans Williamstown. Ce film là a vraiment pris vie à cause du « book room » de Bakehouse Studios, un studio génial de musique qu’on a eu la chance incroyable d’avoir pour nos deux premiers gros Kabarets à Melbourne.
Setting Sun Festival organisait une projection extérieure gratuite le 22 février le Life.boot() faisait aussi partie de la sélection. J’ai pas pu y assister parce que j’étais à Newcastle pour fêter l’anniversaire de ma maman.

Esoteric. Mes films parmi
des classiques

Mars:
– C’était au tour de Air Rage (Rage en vol), mon film de Kino Kabaret Sydney 2018, d’être un finaliste à Coal Coast Film Festival et être projeté à Anita’s Theatre, Thirroul NSW le 9 Mars 2019. Ça fait longtemps que je veux visiter Wollongong au sud de Sydney et les autres villes sur la ligne de train reliant Sydney à Thirroul.
– Air Rage va aussi jouer au Empress Hotel pour le Empress Short Film Festival le 27 mars. C’était dans le beer garden, c’était pas pire.
– Dans la nuit du 8 mars j’ai présenté 3 films à Esoteric Festival dans leur Moonlight Bush Cinema. Je suis sûr que des gens trippaient solide sur des substances en regardant mes courts métrages, haha. Mes films jouaient directement après la fermeture du Main Stage à 3h30 du matin.
Sicker, c’est une petite niaiserie de Kabaret faite à Sydney en 2018. C’était un mini-kab d’une journée donc rien de majeur mais la version finale était présentée à Filmonik Melbourne le 25 mars.

Avril et Mai:
Dame in Rouge à West Side Shorts le 9 avril.
Subscription-based (Sur abonnement en v.f.) à Setting Sun Festival le 5 mai à 12:30pm au magnifique Yarra Sun Theatre.
– La compilation des haikus le 6 mai au Carlton Scout Hall à 7pm (mini-kabaret à Melbourne)
– Même film à Weird Film Fest à San Francisco le 20 mai.
Dame in Rouge au L.A. Neo Noir Novel, Film, & Script Festival le 25 mai.

Juin
– The Fitzroy Art Collective ont organisé une soirée de courts métrages le 27 juin avec la thématique « sexe ». J’ai pas pu m’empêcher de leur envoyer Fahrenheit 69 et ça a été un bon succès. Le film est capoté. Des flashbacks du 69h film challenge du Hard Liquor and P*rn Film Fest à Toronto.

We would like to remind you that Sex Robot premiers tomorrow night at Saint Charlie Bar at 7pm! Come on down for sex-related short films, special sex-themed drinks and a raunchy raffle! Be sure to sex yourself up in your kinkiest costume to go in the running for a kitsch prize carefully constructed by one of our highly valued TFAC artists! See you there sexy people ?

Septembre:
Subscription-based (Sur abonnement en v.f.) dans un festival qui a vraiment l’air lefun: Threadbare Mitten Film Fest. Le programme est The Surreal World, Odd Shorts Program samedi 7 septembre. Kat Johnson et Suzanne Brimley, actrices.
– Le 21 Septembre, Subscription-based a fait partie de la sélection pour Bio-Fiction un festival sur les neuro-technologies à Vienne. Autre que des courts métrages il y a des démos d’interfaces cerveau-ordinateur et un talk du Medical University of Vienna qui s’appelle « Broadband prosthetic interfaces: Combining cognitive nerve transfers and implantable multichannel EMG technology to decode spinal motor neuron activity ». Au début je pensais que mon film allait jouer dans la projection principale mais finalement le status de film dans la « sélection officielle » ne garantissais pas une place dans la projection. Aussi bien dire que je n’ai pas été choisi, non? Je sais pas mais j’aime l’idée d’avoir un court parmi des technologies du genre.
– La journée d’avant, le vendredi 20 septembre au Milton Theatre, NSW pour Reel Escape Short Film Festival j’avais Closing Sale (Vente de fermeture) en tant que finaliste.

GH5s

TROP MIGNON

MAAAAAN. Je continue à être un Panny boy.

Première caméra:
Sony Digital 8.

Première grosse caméra sérieuse:
Panasonic DVX100b

Le saut vers le digital et le HD:
Canon T2I/550D

Le saut vers le 4K mais mini caméra:
Panasonic GX8

Deuxième caméra sérieuse:
Panasonic GH5s

J’ai dû tester le vlog de la GH5s et apprendre à exposer pour ce mode. 4 tests vidéo que j’ai uploadé sur Youtube embedded après le saut.

Sinon fait juste regarder « Grab them by the possum » pour voir les capacités de low light (et de vulgarité de charmantes créatures urbaines). https://vimeo.com/350534870

Continue reading

Bière Aussie

Exit Brewery est notre commanditaire / ami pour les Kabaret de Filmonik et pour Melbourne Good Beer Week le Cherry Tree Hotel organise une compétition de publicités de bière pour des communautés moins ciblées dans les pubs macho de bières.
« Craft breweries go head to head and push the envelope producing beer ads aimed at those under-appreciated and under represented by commercial brewers in their advertising campaigns. »
J’pense qu’on a fait quelque chose de cute et de pas méchant et on a remporté la 4ième place sur 9 publicités. Lien vers la pub: https://vimeo.com/335541740

J’ai pas été full production commerciale avec ça. C’était pas un contrat: j’avais surtout envie de prendre un verre et passer du bon temps et j’ai tourné ça à la bonne franquette avec ma petite caméra. La vidéo gagnante bottait des culs. Super bon: https://www.facebook.com/thecraftypint/videos/1369121779894939/

Le plus gros évènement de Good Beer Week c’est GABS. On a pris une session d’après-midi du festival précédée d’un déjeuner bar open au Local Taphouse.

Et après c’était GABS dans l’incroyable Melbourne Exhibition Building et voici ma citation en anglais à propos de la journée à chasser une possibilité de 163 échantillons de bière uniques et lancées pour le festival.

We’ve had beers with pepperberry, pine needles, vegemite, tea, coffee, actual Tyrant ants, donuts, grilled pineapple, salt, mexican spice, kangaroo meat(!!!), agave, caramel, celery, achacha, chai, coconut, dill and garlic, banana, Ph?, peanut butter, lactose, cocoa nibs, grapefruit, mustard, bacon, gin-soaked juniper berries, feijoa, raspberries, hibiscus, yogurt, dragonfruit, smoked eggplant, maple syrup, cinnamon, kiwifruit, wild foraged blackberries, Kakadu plums, vanilla, mangosteens, white vinegar, pandan leaves, cream, fish sauce or even Sake with spicy, bettanomyces, saison, peppery, wild yeasts and yeast from the world’s oldest surviving beer from a shipwreck off Tasmania, aged in Starward, rum, port, Brandy, Shiraz, French, Italian oak barrels, kettle soured, filtered through the trunk of a Blue Spruce tree at 3% to 18% a.b.v.

Shadowrun Remastered

J’ai… j’ai… refait « La course des ombres » en HD 1080p. Pour ceux qui ne sont pas familier c’est une grosse patente sci-fi geek amateure que j’avais tourné avec mes chums en 2006. J’avais envie d’essayer des gadgets de upscaling et j’avais ouvert le vieux projet avec toutes les sources originales et j’ai commencé à jouer là dedans. Une fois commencé j’ai pas pu arrêter et 40+ heures inattendues plus tard ça donne ça. Je ne sais pas si je suis plus gêné ou fier. J’ai mis le site web à jour.

http://coursedesombres.com/ pour le français
http://shadowrunmovie.com/ pour les anglos

Et j’ai refait la bande annonce en 1080p.

Toute une aventure faire ce film là. La version exportée en WMV était vraiment plus aux standards du temps.

Continue reading

Je suis juge de festival

ANNOUNCEMENT # 1. We have 4 big announcements of the coming weeks. The first ones is our Official Judges for this year. Short Judges are: (…) Oliver Bonenfant – Short Film Night Director – Australia

Ça a été annoncé aujourd’hui. Je suis honoré d’être un juge au Melbourne Documentary Film Festival pour les documentaires courts. 19 au 30 Juillet 2019. J’ai passé une majorité des mes soirées à religieusement écouter et évaluer des courts métrages locaux et internationaux. Plusieurs bijoux dans le tas.

Un festival de femmes fatales

WHIDBEY ISLAND FILM FESTIVAL c’est un peu ça; des films noir et leurs femmes fatales. C’était un peu normal que je leur envoie notre film du 48H Film Project 2018 « Dame in Rouge ». Ma stratégie festival était de soumettre le film aux festivals du genre seulement et ça a fonctionné avec L.A. Neo Noir Novel, Film, & Script Online Festival (bizarre de festival disons) et Whidbey Island Film Fest près de Seattle. Non seulement le film a joué mais le film s’est vue récompensé du prix « Festival Favorite ». Une belle surprise pour un film en 48 heures avec plein de restrictions créatives.

SHORTSFEST 2019 HONOREES
DAME IN ROUGE (AUS) | 2019 FESTIVAL FAVORITE

SOURIRE NOIR (USA) | 2019 BEST WHIDBEY ISLAND FILM

THE SNITCHER (USA) | 2019 BEST WHIDBEY ISLAND FILM – RUNNER UP

https://www.whidbeyislandfilmfestival.org/shortsfest/

Pour voir le film: https://vimeo.com/297523345. Sinon Embed après le saut.

Continue reading

Filmonik au Québec. 4ième fois?

OMG ça c’est cool. « W« , un film réalisé par Isabelle Giroux pendant le Kino Kabaret de Filmonik Melbourne en 2017 se pointe la face au Festival Fantasia et les RVQC. C’est une démonstration du talent d’Isabelle mais aussi une validation qu’on est capable de créer un environnement de Kabaret adéquat pour la création de court métrages moins éphémères. C’est cool la création spontanée mais les films qui ont une vie et de l’envergure hors Kabaret c’est important (surtout quand tu fais 17,000km d’avion). Épique bande annonce aussi RVQC.

La compilation des Kinos à travers le monde.

Si vous n’aviez pas encore vu les compils Kino sur le compte de Filmonik vous trouverez ici 5 compilations d’environ 20 minutes que nous faisons parfois jouer en arrière plan durant nos intermissions à Filmonik Melbourne.

Partie 1: vimeo.com/231255685
Partie 2: vimeo.com/232468551
Partie 3: vimeo.com/233650421
Partie 4: vimeo.com/234510922
Partie 5: vimeo.com/235550237

À 20 minutes chaque ça sert de compte à rebours; quand il n’y a plus de bandes annonces Kino à l’écran ça veut dire que c’est le temps d’arrêter de boire et de jaser et de continuer la projo de Filmonik. J’ai fait ça l’an dernier et on a 7 compilations en tout en ce moment. Malheureusement on ne s’est pas payé un compte Vimeo Plus avec Filmonik donc notre compte est inactif depuis que Vimeo a une limite de 5GB par compte. Par contre, moi je me paye Vimeo Plus donc la méga-compilation est dispo de façon plus subtile ici: https://vimeo.com/232526843/a42f59a902. Et tant qu’à y être j’ai fait une version courte (40 minutes au lieu de 1h40): https://vimeo.com/234191208

Hommage à une tente

La petite tente qui nous a suivi dans notre sac à dos sur des dizaines de milliers de km et qui fonctionne encore super bien. Pour les bush doof (festival de musique en campagne en Australie) on s’est finalement procuré une tente bien plus grosse mais la petite reste quand on fait du vrai camping sauvage.

Remastering, partie 1

J’ai déjà rejoué, remixé, réexporté mes films… j’ai fait un Georges Lucas de moi-même sur beaucoup de films mais comme je n’ai pas fait de film culte les changements sont toujours des améliorations indiscutables. Dans le cas de Reproches c’est la première fois que je me concentre seulement sur le upscaling en utilisant des outils que je n’ai jamais utilisé. Je n’avais pas envie de retoucher le montage. Je pars donc de clips tournés en 24p sur miniDV avec la Panasonic DVX100b et j’upscale à 1080p. J’aime le résultat et j’aime surtout exporter le film en MP4 HD haute qualité pour la première fois. J’ai réalisé que les Windows Media Video exportés en 2009 ne tiennent vraiment, mais vraiment pas la route. Quand j’ai fait part de mon projet au musicien Charlie Twitch il s’est empressé de me donner une nouvelle version remasterisée de la musique. Ça rehausse la qualité.

Reproches: https://vimeo.com/33604688

Version 2009 en haut. Remastered en bas. Cliquez pour voir la vraie différence.

Film Noir express

Je déteste en général le noir et blanc mais pour le 48H Film Project à Melbourne on a pigé par hasard les thèmes Film Noir et Comédie donc il a fallu que je m’adapte. Comme restriction du challenge il fallait intégrer le personnage John ou Joan Daly, un/une réceptionniste, ainsi qu’un beigne et la réplique « How is that possible ».

Brainstorming qui finalement figea Alex comme script.

Le soir même nous sommes allé dans un party de gaming à l’endroit qu’on était pour utiliser pour le tournage. Une soirée sans se tracasser trop pour le challenge qui nous attendant le lendemain.

Le lendemain on a commencé sur l’heure du souper donc on a compressé la partie tournage et montage d’un challenge en 48h en seulement 24 heures.

Ce soir là on s’est couché à 4h du matin et j’ai monté toute la journée dimanche avant de livrer mon film à 19 heures juste à temps pour éviter la disqualification (juste pour les prix).