Uncategorised

Novossibirsk, lune de miel.

C’est supposé être super facile. On arrive sur l’heure du souper, on marche 300m de la gare pis on trouve le hostel. J’ai l’emplacement sur mon téléphone, j’ai la carte du courriel, j’ai maps de loadé avec l’emplacement. Nope, 1 heure après on est encore avec nos backpacks à faire le tour des ruelles. L’adresse en anglais n’est même pas la même que l’adresse en Russe, on fait toutes les adresses sur la rue. On se branche sur internet dans un café pour voir un courriel dans la boite de réception de Iphy. Yay, une vraie adresse et un nouveau plan qui nous dit d’aller pas trop loin de notre emplacement. C’est que le hostel a déménagé et c’est plutôt un appartement avec un gars qui gère tout. Il est super sympathique en passant. À partir de là tout va bien. On a une chambre à 4 à nous tous seul et on manque de rien. On passe un peu de temps sur internet en buvant de la vodka à 9$ et on part à l’aventure à minuit sachant que la Russie, peut importe la ville, semble dormir tard et que je suis en chemise noire pour ne pas revivre le face control de Yekaterinburg. On part sur la rue Lenin. Bingo, déjà un bar, déjà une microbrasserie Tinkoff. En fait c’est une franchise commerciale née à St-Petersburg et achetée par In-bev en 2005.

C’est sweet. La bière est très très ordinaire mais c’est ce qu’on est habitué de boire à part la Baltika 4 et 6 que je trouve super bonnes.

Notre mission continue vers le Truba, bar qu’on nous promet comme présentant des groupes underground de Russie.

C’est plutôt sur Krazny que je vois le Rock bar et comme je sais que c’est un gros nightclub nos chances sont plus grandes de pouvoir rester là plus longtemps. En effet, ça ferme à 4h. Ça nous donne 2h30 de party. Léger cover et rendu en haut on se fait donner une sorte de carte de crédit préloadée. Ça nous fait bien peur et on la laisse à l’entrée, sous le regard subjugué des madames agées employées là. Au bar, comme prévu, ils ne prennent pas de cash et tout est payé sur la carte et on paye à la sortie. 1500 roubles plus tard. On a dansé, on s’est mis amis avec des russes en délire encore et j’ai dû poursuivre Iphy pour signaler mon indisponiblité à une blonde russe saoule.

On revient à pied et c’est random en esti.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *