Non classé

Look cinéma pour tout le monde

J’étais au Kino Kabaret à Trois-Rivières en fin de semaine (bein, l’autre avant en fait) pour faire 2 films et être cameraman sur 2 autres et j’ai eu un choc en voyant le nombre de caméras DSLR utilisées. J’avais moi même fait ma petite recherche plus tôt cet été et j’avais arrêté mon choix sur une Canon T2i, soucieux de ne pas dépenser trop sur une grosse caméra Panasonic comme je voulais initialement et comme je me suis habitué avec ma sexy et vieille Panasonic DVX100. Mon choix était éclairé dans le sens où je savais quels compromis technique je faisais en prenant un petit appareil photo comme nouvelle caméra pour mes courts métrages rapides.

Mais bordel que l’image torche même quand tu filmes n’importe quoi.

WOW, cette bouze a un look terrible!

Pour autant qu’on a dit que la démocratisation de la vidéo et du film s’est produite il y a environ une décénnie avec l’avènement du MiniDV et du montage numérique accessible, je trouve qu’avec des appareils photo/vidéo comme la Canon 7D/T2i, la Panasonic GH1, la Nikon D3000 et les autres du même genre on assiste à la démocratisation de l’image HD d’une grande qualité. Avec un appareil à 900$, c’est possible de sortir une vidéo d’allure exceptionnelle en 1080p/24fps avec une profondeur de champ comparable à de la production cinéma et c’est très excitant, sans parler de ralentis fluides à l’aide de vidéo tournée en 60fps. Il y a quelques années, je voyais plein de réalisateurs qui jubilaient à l’idée de tourner en format 2K et en 4K avec la caméra Red, beaucoup plus abordable que tout ce qui se faisait dans le genre et maintenant nous sommes au point où images de la Red et images d’un appareil photo à 900$ peuvent (en principe) se cotoyer sans que l’auditoire moyen puisse voir la différence, comme en témoigne ce vidéo.

http://www.vimeo.com/5981422

Bien que quelques professionnels et les puristes auront raison de dire que rien ne remplace une pellicule 35mm ou une Red bien équipée en lentilles et que les clients réagiront toujours plus positivement à de l’équipement plus gros donc qui a l’air plus couteux même au résultat environ égal, force est de constater qu’avec une qualité visuelle aussi facilement atteignable c’est l’imagination et le traitement qui fait encore une fois toute la différence (ça et avoir une bonne prise de son indépendante, être capable de traiter le matériel en post-prod, avoir des bons acteurs, avoir une bonne équipe, avoir les codecs, avoir un bon I/O sur ta machine, avoir le temps…)

Oh.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *