Non classé

Shadowrun, photos de production

Ces temps ci mon blog est plutôt léger en mots, mais lourd en projets et en photos de projets. Ça continue en ce moment.

Photos du tournage par Pierre Brouillette-Hamelin et Émilie Adam.
DSC01513.jpg
DSC01516.jpg
DSC01490.jpg
DSC01507.jpg
DSC01393.jpg
DSC01394.jpg
IMG_1287.jpg
DSC01466.jpg
IMG_1285.jpg

Plus de voracité en suivant le lien.

DSC01510.jpg
DSC01439.jpg
DSC01446.jpg
DSC01396.jpg
DSC01437.jpg
IMG_1256.jpg
DSC02301.jpg
IMG_1292.jpg
IMG_1277.jpg
DSC01504.jpg
DSC01463.jpg
DSC01383.jpg

Séparés à la naissance?
SamFisher.jpg

J’ajoute quelques screenshots non modifiés de la caméra.
Herme_sniper.jpg
Sam2.jpg
Pierre_top2.jpg
Sam3.jpg
JosuaShotgun.jpg
PierreSwat.jpgKatana.jpg
JosuaMagane.jpg
Pierre_top.jpg
Peace.jpg

8 réflexions sur “Shadowrun, photos de production

  1. Oh my fuckin god!

    C’est con mais ça fait un an que j’attend cette scène…et jamais je n’aurais imaginé quelque chose d’aussi….vraiment Shadowrun.

  2. Beaucoup de travail d’équipe je dois dire. Josua m’a montré sa job en s’en allant vers un autre tournage pour qqun d’autre en Mauricie, j’ai tout de suite réécri un script pour utiliser chaque centimètre des lieux. J’ai envoyé le script, Josua a fait les appels pour recruter du monde de Trois-Rivières, chaque personne avait pas mal de son stock, j’ai aussi acheté une tonne d’accessoires en vitesse et ça a donné ce que vous voyez là… agrémenté aussi par le fait qu’Émilie et Pierre ont pris de vraiment très bonnes photos.

    Le tournage était malade, 13 heures en ligne, du couché du soleil au levé, interrompu par la pluie battante, par plein de problèmes techniques, par certains acteurs qui devaient partir en avance, par d’autres qui n’ont pas pu descendre de Montréal à la dernière minute, changements aux script forcés et improvisés, par le danger de monter sur le top des silos après une pluie et sans éclairage et ni alimentation électrique en haut d’environ 8 étages, par le mécanisme freak du silo que je garde secret ici pour pas vendre un punch, par l’écho épouvantable du tournage dans le silo, par l’électricité de nos extentions qui trainait dans les flaques d’eau. Bref, on avait beaucoup de moyens de mourir sur ce tournage, et ça ne s’est pas produit. Hot! Même le frigo où on avait notre bière et notre bouffe était électrifié. Malade.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *