Engagé, Job, Photo, Vidéo, Voyage

Madagascar, arrivée à Antananarivo.

J’ai une belle étampe de visa « affaires » dans mon passeport provenant de l’embassade du Madagascar au Canada.

Les affaires en question c’était d’aller animer un atelier Kino à Tuléar en collaboration avec l’Alliance Française de Tuléar et l’Institut Français dans la capitale Antananarivo pour les 7eme rencontres du film court du Madagascar. C’était donc un voyage en deux partie avec une arrivée au Madagascar qui dès mon arrivée, allait nous faire parcourir, Iphigénie et moi, 1000km en 24 heures dans un taxi brousse pour atteindre Tuléar et avec une deuxième partie de retour dans la capitale pour un Kabaret Kino plus traditionnel avec une centaine de participants qui ont le seul but de produire des films. Pour la première étape nous ne sommes pas les seuls à être envoyé dans une contrée du Madagascar pour animer un atelier. Il y a un Réunionnais vraiment cool qui s’appelle François, une française, Thomas Lesourd et un autre Québécois, Marc Tawil. Avec des destinations comme Antsirabe, Mahajanga ou Tamatave, je pense que personne n’était aussi loin que nous par contre. 1000 km au Madagascar en taxi-brousse, C’EST LOIN … mais c’est l’aventure !

On débarque de l’avion vers 22h30 avec une bonne petite chaleur et de l’humidité qui nous change amplement du Québec. La fatigue aidant, nous prenons la décision de ne pas sortir la première nuit et dormons presque paisiblement à notre dans notre belle petite chambre. L’excitation est grande.

Nous n’avons qu’une matinée devant nous dans la capitale avec un départ en taxi brousse à 14h30, mais comme le soleil se lève vers 5 heures ça nous laisse en principe 7 heures de visite avant de partir.


Les montagnes remplies de maisons c’est ce qui frappe dans la ville. C’est vraiment beau.

C’est le dimanche de Paques et les gens sont partout dans les rues. C’est des centaines de milliers de personnes qui sont à la fête et tout est fermé. Encore une fois c’est super énergique et les piétons sont rois.

Nous faisons les marchés et allons nous perdre à des endroits où, après coup, on avait pas trop d’affaire là. Ruelles et dédales cachées, kiosques sans fin, on est en mode observation. Tout est magnifique mais la pauvreté est omniprésente. De jeunes, et moins jeunes, mères nous poursuivent sans cesse et nous achetons finalement la paix avec des billets qui traînent dans nos poches. On s’habitue instantanément à ne jamais stopper pour regarder le paysage et toujours avoir l’air de savoir où on va. Tout le monde nous conseillant de ne pas traîner de sac à main, de sac banane, de sac en bandoulière ou de n’importe quoi d’autre qui attirerait l’attention ça nous fait une ballade légère et calme, considérant que j’ai souvent mon maudit sac d’appareil photo dans le dos et que c’est encombrant. Évidemment que je réussis à prendre subtilement quelques photos et vidéos avec la Playsport.

Notre taxi nous prend à l’hôtel vers 1h15.
Quelques clips sont tournés dans le taxi en route. On se fait ensuite dire que les cris qu’on peut entendre dans le tunnel sont des gens de la région qui sont venus pour Paques et qui sont pas habitués à voir des tunnels. C’est vrai que c’est lefun en maudit faire de l’écho dans un tunnel.

Surprise (mais pas vraiment), notre taxi brousse est lui aussi à la relâche et, bien que notre place aille été payée d’avance pour cette journée précisément, pas moyen de négocier le départ. On se retrouve automatiquement une journée en retard pour animer l’atelier à Tuléar et pris avec tous nos baggages dans un endroit loin d’être familier (mais qui le deviendra). Après m’être fait escroquer de 20000 Ariary (10$CAN) pour réussir à placer un appel téléphonique à Victor, qui nous avait accueilli la veille à l’aéroport et qui s’occupait de nos déplacements, il nous renvoie un taxi et nous invite à le rejoindre après avoir redéposé nos bagages à l’hôtel. Là bas, une deuxième surprise nous attend. Le gérant et propriétaire de l’hôtel a loué notre chambre à des amis, étant persuadé que notre départ signifiait la fin de la location même si Victor avait réservé la chambre pour 3 jours en vue de la venue des autres Kinoites. Comme dans les meilleures histoires, le reste de l’hotel est complet. On grimpe dans le taxi et on finit au Sakamanga, un très cool hotel touristique dans lequel on paye en Euro (32Euro) au lieu d’en Ariary, donc cher en comparaison mais pas cher comparé à n’importe quelle autre grande ville européenne.


On rejoint Victor, passons un peu de temps autour d’une piscine et faisons la connaissance avec sa voiture qui venait probablement de recevoir un plein d’essence coupé à l’eau. J’ai jamais entendu autant de pistons travailler dans le vide qu’avec ce char là.

On se rejoint en soirée pour manger de la langue de zébu et danser dans un club qui s’appelle Le Glacier, réputé depuis 30 ans pour ses soirées chaudes… et ses …euh… prostituées au bar. Mine de rien c’est quelque chose qui sera aussi récurrent dans les endroits nocturnes touristiques et qui me donnera finalement une idée pour mon propre film…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *