Culture pop, Musique, Photo, Sorties, Vidéo, Voyage

Berlin jour 4

29 décembre. Avant-midi.


Ça réveille un peu partout.

On grimpe la tour de la télévision (Fernsehturm).

L’agent de sécurité m’interdit de monter avec mes bouteilles de jus, c’est une bonne chose parce que j’avais aussi un feu d’artifice sur moi (hey, la St-Sylvestre s’en venait!).


La visibilité était assez nulle merci. En fait même les autres jours la visibilité n’aurait pas vraiment été mieux.

On se rend aux vestiges du mur de Berlin. N’importe qui peut les voir sur Google maps, supposant que vous avez la patience de faire 1-2km en cliquant sur les flèches du street view.


Trop facile.



Iphy et son étampe de douane du poste du east side.


Personne se sauve de Justin Bieber.


Cliché 1 : Quand je pense à l’Europe je pense souvent à des cirques abandonnés et terrifiants sur le bord de Tchernobyl.


Cliché 2 : Quand je pense à l’Europe je pense souvent à des chars pétés sur le bord de la route en hiver laissés là par des socialistes.


Boutique spécialisée pour la bière.


Cliché 3 : S’acheter plein de Bock traditionnels.

Cliché 4 : J’ai pas de photo de file d’attente pour du pain. Désolé.

J’enchaîne.

On visite le musée de la Staatssicherheit (Stasi)


Le musée est notamment rempli de gadgets d’écoute miniaturisés pour la Stasi. Retour dans une époque de contrôle et d’oppression. Spectaculairement enrichissant.

Potsdamerplatz


Un autre marché d’hiver. Il y a une grosse patente inconnue en arrière plan qui a un look de Mont Fuji cyberpunk.


Notez à quel point Apple sabote le paysage.


Glühwein toujours et encore.


Mur préservé.


Grosse patente (Sony-Europa-Zentrale)

Par terre, il y avait du bon vieil asphalte mais entrecoupé le bandes de métal qui ont l’air d’abriter des lumières. Le gag c’est qu’avec la neige ces bandes de métal deviennent de vraies patinoires et en voir l’attitude de tout le monde, personne ne s’y habitue. C’était étonnant de voir qu’une construction aussi imposante et calculée a une erreur de conception aussi bête, comme si les ingénieurs Allemands n’avaient jamais vu de la neige à ce moment là. Je n’exagère même pas en disant ça, c’était pas agréable pour personne de marcher là ; vous demanderez à la mère traînant son enfant dans son carrosse et qui a réussi à le faire flipper en tombant. C’était un peu freakant ça.

On quitte ce spectacle lumineux et posons le pied à la station Zoologischer Garten et on tombe dans un autre marché d’hiver, encore plus gros, encore plus impressionnant. Nous cherchons le musée du sexe mais je me sens assez perdu en fait.

On arrive à destination : Beate Uhse Erotik Museum.


Est-ce que j’ai vraiment besoin de dire que c’était cocasse?

Direction Hotel pour se changer et … démarrer un pub crawl. Estie de journée qui ne finira pas.

21h. Bar Yesterday.

Pour 10 Euro, une guide prend un groupe et l’emmène à plusieurs bars avec des shooters gratuits à chaque endroit en sortant.


On y rencontre 3-4 québécoises, des françaises, une italienne et pas mal d’autres qui se préparent aussi au pub crawl. Ça dégénère RAPIDE!


Premier transport, le groupe va encore bien.


Bar de Ping-Pong. Ça commence à être bizarre comprendre que la porte ne se pousse pas, elle slide.

The last cathedral.

La déco du bar m’allume tout de suite et une toune de Combichrist se fait entendre.

La musique change soudainement pour du reggae… ensuite pour un rock smooth et haïssable du genre Nickelback… Il y a un spectacle de danseur?

Bon bein voilà, c’était un « bar rock d’horreur » qui ne s’assume pas du tout et qui préfère avoir un style pop qui part dans tous les sens et qui, au final, ne plait à personne.

On marche et on tombe devant un spectacle live. Aucune idée de quel salle/club c’était.

Le groupe tombe en délire. On termine cet arrêt couché dans la neige à faire un photoshoot de saoul avec une dizaine de personnes.

On reprend le métro. On tombe dans un bar de quartier gros comme mon apparte et rempli de hipsters. Se déplacer là dedans c’est un challenge. Les toilettes sont funky.

Dernier arrêt. Le club Cassiopeia caché dans des recoins d’entrepôt vraiment spéciaux.

Il est temps d’aller se coucher, tout est confus.

PBUAH CRAWAKL!!R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *