Érotique, Musique, Photo, Sorties, Vidéo, Voyage

Berlin jour 3

Le 28 décembre vient de débuter, il est 1hAM après un powernap de 2h.

On part au Watergate.

Le kit d’éclairage est hallucinant. Ça me rappelait énormément ce clip de Modeselektor (deuxième partie) et en le regardant de nouveau ça vient de confirmer que c’est vraiment le Watergate le lieu de tournage (le générique le mentionne). Le club tient sur 2 grandes étages qui ont toutes les deux une magnifique vue sur le canal. L’édifice est lui-même sur le bord de l’eau et il semblerait que l’été ils font des projections sur le magnifique pont adjacent au club. À 6h du matin on quitte, ils ont baissé les toiles pour nous éviter le levé du soleil. Le club reste ouvert est la foule est encore au rendez-vous jusqu’à plus que 8hAM. Toujours pas d’arrêt du service des bars non plus.

Une pause pipi nous emmène jusqu’au terrain du Suicide Circus, un autre gros club mais à ce moment là fermé. Encore un club installé dans une grosse centrale électrique/usine/centre de traitement des eaux/bunker/machin désaffecté. C’est aussi le cas du Tresor, du Maria (vidéo tirée du film Berlin Calling que j’ai écouté hier avec Iphy) et du Berghain (épique, photographie strictement interdite à l’intérieur du club ; expulsion immédiate).


Les trains prennent leur temps. 6h30AM.


Cette grand-mère nue te souhaite la bienvenue en Pologne. 8hAM.


Un gros Goomba. 8h15AM.


Notre hotel et son environnement. 8h30AM.

On part déjeuner et on se claque les 3 derniers musées qui ouvrent à 10hAM. Pas de powernap donc j’anticipe me brûler sérieusement de fatigue dans les musées.

Bon ça a l’air gros.

« Tabarnak! On va passer la journée juste sur lui »

C’est en effet à coup de reconstruction à partir des morceaux originaux de l’Autel de Pergame, de la porte du marché de Milet, du palais de Mshatta et de la porte d’Ishtar que le musée m’a jeté sur le cul.



Photos tirées du Wiki parce que je ne voulais toujours pas traîner d’appareil à l’intérieur.

Après un arrêt dîner, il y avait encore le Bode Museum.

Un peu moins gros mais plus labyrinthe.

Nous avons terminé avec le Alte Nationalgalerie qui, heureusement pour ma patience complètement drainée, ne contenait que des peintures que je pouvais m’offrir le luxe de passer rapidement sans regret.

6hPM à minuit. On dort!

Le 29 décembre débute. Il est passé minuit. Le Bang Bang club (ou Levee avec son nouveau nom) nous invite à découvrir un band d’électro et un duo de DJ. Le club est en dessous d’une rame de train.

J’avoue que juste ce lieu torche. Surtout quand on entend la musique passer à travers les murs des environs et résonner dans le tunnel. On découvre le concept de dépôt pour les bières à Berlin. Sûrement équeurés de voir de la destruction des bouteilles, ils te donnent un jeton avec ta bière et tu dois laisser un dépôt de 1 Euro par bière question de bien la ramener en un seul morceau. Ils ont fait beaucoup d’argent de dépôt avec nous qui laissons habituellement nos bières à l’endroit plat le plus près. Quelle couillerie.

On se laisse hypnotiser par les lasers qui overdosent dans nos rétines partout dans la salle et le premier groupe part son set à 2h du matin (d’où l’idée de ne pas aller veiller avant 1h du matin). Malheureusement pour nos gueules de touristes, le groupe Cindy Ciser chante en anglais et le dépaysement est minimal ; c’est un bon groupe mais ordinaire. L’ambiance est quand même très bonne, c’est pas un problème. Je suis totalement confus par le serveur qui me répète le mot « Bier » quand je lui demande les marques de bière qu’il a. En effet, il avait une bière louche sans nom qui s’appelait « Bier ».

Le duo de DJ Noisy Rabbits (plein de mixtapes sur leur page) fait son entrée tout de suite après et OMG!!!! DÉFONCE TOTALE! Musique excellente et ingénieuse. Fait comique à noter, ils ont fait jouer le remix le plus violent que j’ai jamais entendu de « Satisfaction » de Benny Benassi. On doit se forcer pour sortir mais notre horaire ne se termine pas là. On prend un tram pour se rendre au Icon, caché dans un bloc qui semble résidentiel et mort.

Le plus comique avec le Icon c’était l’absence de musique à l’extérieur. Plus on avancerait dans les souterrains et plus on passait de grosses portes, plus le beat sortait et que la déco impressionnait. Arrivé dans la grotte principale c’était plutôt incroyable que ce club existait à cet endroit et que ça soit aussi beau. J’ai parlé 30 minutes avec un hacker qui était à Berlin pour une convention de hacking. Inutile de dire que le sujet chaud pour nous c’était Wikileaks.

6h30AM on sort de la voute et se dirige vers la sieste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *