Non classé

Kino Kabaret, soirée interactive

J’ai présenté jeudi dernier un film multi-écran mélangé à une performance live avec deux acteurs sur scène dans le cadre du Kabaret Kino / Festival du Nouveau Cinéma. Mon film mettait en vedette un inventeur profitant du FNC pour annoncer à tous la mort du cinéma tel que nous le connaissons. Cette annonce brutale était suivie de la présentation d’un nouveau casque de lecture cérébrale qui était en mesure de lire les pensées d’un réalisateur dans la salle, un faux volontaire bien entendu, afin d’en produire des images structurées et possiblement un film cohérent. Évidemment que ça ne tourne pas très bien pour l’inventeur de ce casque de lecture de pensées.

On peut voir quelques clips et l’ambiance de la soirée dans la capsule toute fraîche de Studio4fun.

http://www.youtube.com/watch?v=XQyqL-KBK8Y

Dès que vous voyez un casque funky avec Charles-Louis Thibault et Mcleod Tremblay sur scène, c’est mon film.

La partie finale de mon film a été réalisée avec un système à 3 caméras arrangé rapidement dans le Kinolab.

Photo par Mcleod Tremblay. Ça m’a vraiment motivé à étudier le dôme de la Société des Arts Technologies et leur appel de projets. On ne sait jamais, une soirée de films en 360 degrés pourrait peut-être s’y prêter.

La soirée n’a pas manqué de bonnes idées avec chaque réalisateur ayant, par grand hasard, un concept ingénieux différent. Comme j’écrivais sur Facebook plus tôt cette semaine, toute la soirée était fantastique, j’ai buzzé raide avec la variété. La foule qui crie en malade pour les choix sur le nouveau Esbark de Simon Lacroix (aussi aperçu dans le vidéo précédent), les regards incrédules de toute l’action en simultané sur plusieurs productions multi-écran, la révolte de la foule pendant l’impressionnant film de Geneviève Sauvé (nous étions transportés dans une levée de fonds pour une pharmacom qui tourne en gros scandale), le chatroulette live de Sasha Brodeur qui fonctionne finalement avec son matériel visuel pré-arrangé de son côté, Olivier Gilbert trop tight avec sa direction d’acteurs qui sont sur l’écran pendant que lui est live dans la pièce avec son micro…

C’était d’autant plus intense que je terminais le tournage principal moins de 24 heures avant la présentation (le mercredi 20 octobre 22h pour être précis). Francis Dallaire s’affairait de son côté à terminer un module codé à la main pour recevoir des SMS live pendant le film et les afficher sur le 5eme écran représentant un autre niveau du subconscient du réalisateur avec le casque sur la tête mais celui là soumis par la foule. À 3h du matin lors de la dernière visite de Francis au Kinolab j’étais surtout en panique de ne pas encore avoir de montage satisfaisant (4 écrans = 4 montages sans compter que c’est des effets spéciaux mur à mur) et face au manque de temps pour tester le système et de l’interfacer, nous avons remis notre petite expérience à un autre évènement. Après coup je réalise surtout que mon film était assez rempli et rapide pour rendre impratique l’action d’écrire un SMS au beau milieu de tout l’événement.

Quelques photos supplémentaires de la soirée et le vidéo intégré à la page après le saut.

Pas de répétitions pour les projectionnistes armés, au minimum, de 6 laptops pour tout coordonner.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *